100107

Christophe BOERY

Oeil de poisson pour oeil de lynx. Ville pour touristes. Solitude. Ville avec usagers habituels. Solitude. Solitudes juxtaposées. Les regards ne se croisent pas. L'Autre ne voit pas l'Un et l'on voudrait que cela fasse une ville! Il est vrai qu'avec une mairie à grille, le passant ressemble plus à une ombre qu'à un être de chair et de rire.  Quand l'architecture ne sait plus si elle est d'ici ou d'ailleurs à laquelle de ses  identités l'homme se raccroche-t-il? Au mélange Gascoun, italo-américain nous répond Christophe BOERY, il suffit de regarder les chaussures, les voitures et les cieux et tu sauras d'où tu viens... Voire!

Posté par uvab à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Christophe BOERY

Nouveau commentaire