100107

Lionel MARTY

Quartier autrefois populaire et vivant deviendra no man’s land. Tags, graffs, fresques restent seuls pour introduire rythmes et vie. Pour combien de temps encore ? Culture venu d’ailleurs a remplacé la sortie d’usine. L’arrêt de bus comme stoppé en pleine nature, abandonné. Une culture ouvrière a disparu provisoirement remplacée par un esthétisme d’outre atlantique. Ces friches donneront-elles naissance, à l’image de la jumelle de l’autre rive, à une ville « néo-stalinienne » ? .
Hommes et échanges sont-ils condamnés au nom de la modernité et de la sécurité ?
Lionel MARTY, l’auteur de ce parcours photographique à la Bastide semble le redouter.

Posté par uvab à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Lionel MARTY

Nouveau commentaire